Naturalist Report!! - Observations de naturaliste!!



Here is a more detailed report on some of our work while in Greenland. Dr. Olivier Gilg, Dr. Adrian Aebischer and Brigitte Sabard and the rest of our group (including children!), proceeded to make numerous naturalists observations and specimen collections during this first month of expedition. Some examples:

Polar bear: we did see polar bears on 10 occasions, over a period of 5 days at Henrik Kroyer Holme islands in north east Greenland. We saw 4 on one single occasion. So that’s a total of 13 individual bears (we saw one twice, for sure – we know that from a scar on its right side). All information and observations on bears (date/location seen, photos, videos, etc.) will be sent to Denmark for determination of sex, size, etc. All information is of interest, for example the fact that we did not see females with cubs.

Walrus:
we saw 25 walruses in the polynia [Polynia is an area of open water amidst ice. A Russian word Полынья for a hole in the ice was adopted in the 19th century by polar explorers to describe navigable portions of the sea.[1] It was then rumoured that there was open sea around the North Pole, which was referred to as Polynia, or Kane’s Polynia. “The mystic Polynia, the open sea to the North of Siberia.”[2] The search for this Polar Sea is related to, and comparable with that for the North-West Passage. It is now used as geographical term for areas of sea in Arctic or Antarctic regions which remain unfrozen for much of the year. – source: Wikipedia] of Antarctic Bugt near Henrik Kroyer Holme islands, including a group of 9. All info on observations + pictures will be sent to Denmark.


Whale: we were a little bit early to see whales near Henrik Kroyer Holme islands: too much ice, too early in the season. However we did see one (and photographed it) from the plane (Twin Otter) as we were flying from the islands to the coast towards Station Nord. This is very interesting as there have been only 25 observations of these whales in 100 years. Three have been seen in the polynia near Henrik Kroyer Holme islands in 2003 by our group (GREA/Ecopolaris). It seems that these islands are in a privileged zone for this species and is one of the best spots in NE Atlantic for them. So other scientists working with whales should probably come here vs. the Spitzberg region when doing biopsies. In August, the GREA/Ecopolaris team will continue its efforts to locate whales and will attempt to take biopsies using the crossbow that we had with us.

Birds:
Brent Geese: According to Dr. Olivier Gilg of GREA/Ecopolaris, the most interesting observation of the trip was to see Brent Geese birds where we were: 1 - At Station Nord (flying) 2 - On our way to Henrik Kroyer Holme islands (20-25 individuals) 3 - But the most important find was to see 14 individuals on Kaffekkluben island (the northernmost island in the world). This species was in this region earlier in the 20th century but had not been observed since. One can speculate that the protection of the Brent Goose in Europe has helped the population to increase and that this is why there are more often spotted in nesting areas.

Pink-footed goose:
Thanks to our paraglider we did were able to see a group of approx. 500 individuals in the Bliss Bugt area, in addition to 10 groups of approx. 50 seen on other occasions. So it looks like at least 1000 individuals were in the Bliss Bugt area while we were there. They had been seen before in this region but never in such large groups. East Greenland might be becoming a molting area for these geese. Pink-footed geese come from Iceland just to molt, not to nest.

Great Skua:
Our group also spotted a great skua on the main island of the Henrik Kroyer Holme islands group (rare in this area).

Tracking birds:

One of the objectives of the expedition was to continue the work of the GREA/Ecopolaris in tracking certain populations of birds over long periods by fitting them with radio transmitters. Two long-tailed skuas were fitted (one near Mestersvig and one in the Bliss Bugt area, certainly the northernmost bird ever fitted with a tracking transmitter) and over a dozen ivory gulls. These important fittings have already allowed the tracking of these birds over their (sometime far away) travels across the Arctic (using the Argos system).


Expedition Report:


Once this scientific trip is over for the scientific team (end of August 2007), the GREA will collect all the information on observations and will continue its work toward putting together the first monograph of all species of the National Park of Greenland (birds, mammals, etc.)


Double Top observations


Using the backbone of our expedition as a useful and symbolic trajectory , i.e., going from the region of the highest point in the Arctic (Mt Gunnbjørnfjeld = 3693m) to the Northernmost island in the world (Kaffeklubben in northern Greenland), our team made very interesting observations and discoveries: we where able to spot and collect lichen specimens near the summit of Mt Gunnbjørnfjeld, we saw the northernmost ever flock of Brent Geese on land and we collected the Northernmost arctic poppy, purple saxifrage and lichens on earth! Time will tell if these are important discoveries… Lichen specimens will be sent to Copenhagen (Denmark) and moss specimens to Oslo (Norway) Flowers and plants collected in the Bliss Bugt region and on Kaffeklubben island (the northernmost island on earth) will be analyzed (DNA) for history and future (circumpolar project between international scientists).

What’s next for August?


The GREA/Ecopolaris team, the scientific arm of the Sagax REVO Greenland Double Top expedition, will continue on its own, traveling through other areas of eastern Greenland. On their naturalist list:
1] Whale observations and collecting of skin specimens (using crossbows) for DNA testing and population analysis 2] Collecting of flower, plants, lichens, moss samples for cataloguing and analysis 3] Census of bird colonies and individuals and long-term evolution: Arctic stern, Glaucous gull, Skua, etc. 4] Census of lemming population We’ll report as new findings are made and conclusion drawn. Watch for articles in specialized AND general public media.


Voici un premier compte-rendu de notre travail de recherche au Groenland. Olivier Gilg, docteur en écologie, Adrian Aebisher chercheur, Brigitte Sabard et le reste de notre équipe, y compris les enfants, y font quelques observations sur la faune et la flore observées pendant ce mois d’expédition :


Ours polaires
Nous avons eu l’occasion d’apercevoir des ours polaires à 10 reprises, lors de notre séjour dans les îles Henrik Kroyer Holme. Nous avons eu la chance d’en voir 4 en une seule fois. Au total, nous avons vu 13 ours polaires (nous avons vu l’un d’entre eux deux fois. Sa cicatrice sur le visage nous a permis de l’identifier avec certitude). Toutes les informations et les observations sur les ours polaires (date et lieu de repérage, photos, vidéos…) seront envoyées au Danemark afin de déterminer le sexe, la taille… des ours polaires. Chaque détail a son importance, comme le fait que nous n’ayons vu aucune femelle avec un petit.

Morses

Nous avons aperçu 25 morses dans les polynies de l’Antarctique, près des Iles Henrik Kroyer Holme, dont un groupe de 9 morses. Toutes les informations et les photos seront envoyées au Danemark.
(Une polynie est une zone d’eau libre au milieu de la banquise. Le terme russe, « Полынья”, a été adopté au XIXème siècle par les explorateurs des régions polaires pour désigner un trou dans la glace. La rumeur s’était répandue alors, que la mer entourant le Pôle Nord était navigable. On appelait cet espace « Polynia », « Kane’s Polynia », ou « la mystérieuse Polynia, la mer ouverte au Nord de la Sibérie. » La quête de cette Mer Polaire est comparable à celle du Passage du Nord-Ouest. Aujourd’hui, une polynie est un terme géographique utilisé pour désigner une zone qui se maintient libre de glace, ou couverte d'une couche de glace très mince, et située au milieu de la banquise en Arctique ou en Antarctique.) (source wikipedia)

Les baleines

Il était un peu tôt pour apercevoir des baleines près des Iles Henrik Kroyer Holme ; trop de glace et trop tôt dans la saison. Nous avons quand même eu la chance d’en voir (et photographier) une depuis notre avion (Twin Otter), lorsque nous revenions des Iles vers la Station Nord. C’est très intéressant car il n’y a eu que 25 observations de ces baleines au cours des cent dernières années. Trois ont été vues dans la polynie près des Iles Henrik Kroyer Holme, en 2003 par le GREA (écopolaris). Il semble que ces îles soient une zone privilégiée pour ces espèces, l’un des meilleurs endroits de l’Atlantique Nord Est pour elles. Ainsi, les autres scientifiques qui pratiquent des biopsies sur les baleines devraient probablement se rendre dans cette région, plutôt que dans la région du Spitzberg.
En août, l’équipe du GREA/Écopolaris va poursuivre ses efforts pour localiser des baleines et tenter de réaliser des biopsies, en utilisant l’arbalète que nous avions avec nous.

Les oiseaux

Bernache Cravant :
Selon Olivier Gilg, du GREA/Écopolaris, voir des Bernache Cravant depuis notre site était la découverte la plus intéressante de notre voyage. Nous en avons aperçu : 1) À la station Nord (en vol) 2) Sur notre route vers les îles Henrik Kroyer Holme (20/25 oiseaux) 3) Mais la plus importante découverte était de voir 14 oiseaux dans les îles Kaffekkluben (le point le plus au Nord sur notre planète). Ces espèces vivaient dans cette région au début du XXème siècle mais n’avaient plus été repérées depuis. On peut avancer que la protection des Bernaches Cravant en Europe a permis son accroissement et c’est pourquoi ils s’installent de plus en plus dans ces zones de nidification.

Oie à bec court:

Grâce à notre expert en paramoteur, nous avons pu apercevoir un groupe de près de 500 Oies à bec court, dans la région de Bliss Bugt, en plus de dix autres groupes de 50 oiseaux à d’autres occasion. On peut ainsi dire qu’il y avait près de 1000 Oies à bec court dans la région de Bliss Bugt, lorsque nous y étions. Elles avaient déjà été repérées dans la région, mais jamais dans un tel nombre. L’Est du Groenland serait peut-être entrain de devenir une région de mue pour ces Oies à bec court. Elles viennent d’Islande pour muer et non pour nicher.


Labbe à longue queue

Notre équipe a également aperçu un Labbe à longue queue sur l’île principale de l’archipel Henrik Kroyer Hokme (rare dans cette région).


Le pistage des oiseaux

L’un des objectifs de cette expédition était de poursuivre le travail du GREA/Écopolaris dans le pistage de certaines espèces d’oiseaux sur de longues périodes, en les équipant de radio transmetteur. Deux Labbes à longue queue ont été équipées (l’une près de Mestersvig et l’autre dans la région de Bliss Bugt, certainement l’oiseau le plus au Nord qui n’ait jamais été équipé de radio transmetteur) et plus d’une douzaine de mouettes ivoires. Ces importants équipements ont déjà permis le pistage de ces oiseaux sur leur (parfois très long) voyage à travers l’Arctique (grâce au système Arcos).

Compte-rendu de l’expédition

Une fois que le voyage de l’équipe scientifique sera terminé (fin août 2007), le GREA va utiliser toutes les informations et observations recueillies pendant l’expédition pour réaliser son objectif: écrire la première monographie sur toutes les espèces du Parc National du Groenland (oiseaux, mammifère…).

Observation sur les « deux sommets »

Du sommet de l’Arctique (Mt Gunnbjørnfjeld = 3693m) au point le plus au Nord sur terre (Kaffeklubben dans le Nord du Groenland), notre itinéraire, ambitieux et symbolique, a permis à notre équipe de faire de très intéressantes observations et découvertes. Nous avons pu repérer et recueillir des échantillons de lichen près du Sommet du mont Gunnbjørnfjeld. Nous avons vu la volée de Bernache Cravant la plus au Nord et avons même pu recueillir les échantillons de coquelicot, de saxifrage et de lichen les plus au Nord sur Terre! Le temps nous dira si ces découvertes sont importantes… Les échantillons de Lichen seront envoyés à Copenhague (Danemark) et les échantillons de mousse à Oslo (Norvège). Les fleurs et les plantes recueillies dans la région de Bliss Bugt et sur l’île de Kaffeklubben (l’île la plus au Nord sur notre planète) seront analysées (ADN) pour l’Histoire et l’avenir (projet circumpolaire entre des scientifiques internationaux).

Quel projet pour le mois d’août
?

Les membres du GREA/Écopolaris, l’équipe scientifique de l’expédition Sagax Revo « Double Top », vont poursuivre de leur côté leurs recherches dans d’autres régions de l’Est du Groenland. Voici leur programme : 1) Observation des baleines et collecte d’échantillons de peau (grâce aux arbalètes) pour des tests d’ADN et des analyses 2) Collecte de fleurs, plantes, lichens et mousses pour faire des classements et des analyses 3) Recensement des colonies d’oiseaux et de leurs évolutions sur le long terme : Sterne Arctique, goéland bourgmestre, Labbe à longue queue… 4) Recensement de la population de lemming Nous ferons un rapport sur leurs nouvelles recherches et sur les conclusions rendues.