Global or local warming? - Réchauffement mondial ou local?




Photo: Flaam and Ainhoa Hardy on a local “hunting” trip with Essa . Local hunters complain that the ice melts sooner and sooner every year, shortening their hunting season. It also creates risks: accidents and drowning as dogs and sleds fall through the ice... The goal of the expedition was not to prove anything but to observe and listen. During our interactions with locals and foreigners we noted several indications of at least “local” warming over the years:

- In Ittoqqortoormit (pop. 500), the head of the local grocery store is happy that the ship delivering goods (coming twice a year), is coming two weeks sooner because the sea ice around the village has melted sooner than usual over the last few years.
- A Danish teacher and his wife and young boy going back to Denmark for a month of vacation: He says they are less polar bears in the area. A few years ago locals could hunt as many bears as they wanted. Now the quota is 30 bears for the village but they caught only 25 so far for the year.
- Over 20 years of coming in the Arctic and in Eastern Greenland, Dr. Olivier Gilg, the chief scientist of the Sagax REVO expedition notes that at the maximum melting of the sea ice in early September, the remaining sea ice was south of Ittoqqortoormit (Scoresby Sund) and that it is now north, a clear sign of warming
- After having analyzed 20 years of satellite pictures, Adrian, head of mining exploration at the Citron Fjord mine in northern Greenland notes that the ice in the fjord has been melting sooner and sooner every year (i.e., less ice in the fjord at the same date every year)
- A Greenlander (resident of Nuuk) we stayed with for a few days says she feels signs of warming compared to a few years ago: years ago they had lots of snow in Nuuk, now they get much less.
- Talking to another group of naturalists on Traill island (NE Greenland), they tell us that they have not seen any lemmings or skuas yet this year. They guess that because the climate has been warming up, other species show up and there is a change in the ecosystem


Photo: Flaam et Ainhoa Hardy en voyage pour la “chasse” avec Essa. Les chasseurs locaux se plaignent que la glace fonde de plus en plus tôt chaque année, raccourcissant la saison de chasse. Cela créé aussi des risques: d’accidents et noyade quand les chiens et les traîneaux passent à travers la glace... Le but de cette expédition n’était pas de prouver quelque chose mais d’observer et d’écouter. Pendant nos échanges avec les locaux et les étrangers, nous avons noté plusieurs indices au moins “locaux” du réchauffement au cours des années.

- A Ittoqqortoormit (pop. 500), le chef de l’épicerie locale est heureux car les livraisons de produits (qui se font deux fois par an), arrivent deux semaines plus tôt parce que la banquise autour du village plus fond vite ces dernières années.

- Un professeur Danois, sa femme et leur jeune garçon rentrent d’un mois de vacances au Danemark: Il dit qu’il y a moins d’ours polaires dans cette zone. Il y a quelques années les locaux pouvaient chasser autant d’ours qu’ils le voulaient. Maintenant le quota est de 30 ours pour le village mais ils en ont attrapé seulement 25 à ce moment de l’année.

- Les 20 années pendant lesquelles il est venu en Arctique et à l’est du Groenland, le Dr. Olivier Gild, le chef scientifique de l’expédition Sagax REVO, a noté que l’endroit le plus haut où il a rencontré de la banquise en septembre se trouvait au sud de Ittoqqortoormit (Scoresby Sund) alors que maintenant c’est au nord. C’est un signe clair de réchauffement climatique.

- Après avoir analysé 20 années de photos satellites, Adrian, chef d’une exploration minière à la mine de Citron Fjord au nord du Groenland remarqua que la glace dans le fjord fondait de plus en plus tôt chaque année (i.e., moins de glace dans le fjord à la même date chaque année)

- Une Groenlandaise (habitant à Nuuk) où nous sommes restés quelques jours, dit qu’elle sent des signes du réchauffement climatique par rapport aux années précédentes. Avant ils avaient beaucoup de neige à Nuuk, maintenant il y en à moins.

- En parlant avec un autre groupe de naturalistes sur l’île de Trail (NE Groenland), ils nous ont dit qu’ils n’avaient pas encore vu de lemmings ou de labbes cette année.
Ils supposent c’est en raison du réchauffement climatique que d’autres espèces ont été aperçues, il y aurait donc un changement dans l’écosystème.